Savi 2018: Du 03 au 05 Mai 2018 au Palais des Congrès de Yaoundé

Discours du Président IPAVIC

Monsieur le Ministre de l’Elevage des Pêches et des Industries Animales,

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Monsieur le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé,

Mesdames et Messieurs les représentants des organisations internationales et de développement,

Mesdames et messieurs, honorables invités tous rangs et prérogatives protocolaires strictement respectés,

Mesdames et messieurs les Chefs d’entreprises du secteur avicole,

Mesdames et Messieurs,

Honorables invités,

C’est un réel plaisir et un agréable devoir pour moi de prendre la parole ici ce jour, au nom de la filière avicole nationale, à l’occasion de la cérémonie inaugurale du tout premier Salon Avicole International de Yaoundé.

  • Permettez-moi avant tout de m’acquitter d’un devoir de gratitude. Cette gratitude va à l’endroit du Gouvernement de la République pour sa sollicitude constante vis-à-vis de la filière avicole. Cette sollicitude se manifeste à travers une politique publique particulièrement généreuse et incitative. C’est ainsi qu’après la protection du marché national consacrée par l’interdiction des importations de la volaille congelée et la traque des importations frauduleuses, le Gouvernement a validé un plan de relance de la filière avicole. L’amorce de sa mise en œuvre s’est traduite par des subventions directes aux opérateurs. Les effets bénéfiques sont palpables sur le terrain. En effet la psychose des surenchères et de pénuries de poulets sur nos marchés est loin derrière nous. Par ailleurs, plusieurs projets , programmes et activites accompagnent le développement de la filière avicole nationale. On peut citer :
    • La Facilitation de l’approvisionnement en maïs aux provendiers ;
    • L’Appui aux accouveurs pour la reconstitution du cheptel des parentaux  ;
    • La Modernisation des sites d’abattage de poulets sur les marchés en partenariat avec le Ministère du Commerce et les Communauté Urbaines de Bafoussam, Douala et Yaoundé;
    • La réalisation du projet de création d’un Centre Technique de l’industrie de la volaille (CETIV) dont les études sont à maturation au MINIMIDT ;

La création d’un cluster volaille sous le pilotage du Comité de Compétitivité.

Mesdames et Messieurs,

La filière avicole nationale est organisée autour de l’Interprofession Avicole du Cameroun (IPAVIC). Elle compte environ 9000 exploitations toutes activités confondues, et a créé près de 320 000 emplois. Les statistiques les plus récentes, celles de 2013, font état d’une production nationale de  46 millions 436 mille poulets de chair ; équivalent à 69 mille 654 tonnes de viande de volaille ; La production des œufs  de table, elle, étant de 119 mille 340 tonnes.

Cette production en évolution constante doit cependant faire face au boom de la consommation. En effet, le poulet dont la consommation n’est plus réservée aux circonstances exceptionnelles de la vie est entré dans l’alimentation de tous les jours ; exerçant ainsi une pression forte sur la demande. Malgré cette pression, le prix du poulet demeure le plus bas comparativement aux autres viandes : moins de 2mille francs CFA le kilogramme.

La tenue de ce salon sur financement public, est, s’il en était encore besoin, une illustration de plus de cette sollicitude constante.

Monsieur le Ministre de l’Elevage des Pêches et des Industries animales, veuillez transmettre au Gouvernement et à travers lui, au Président de la République Son Excellence Monsieur Paul BIYA les remerciements les plus sincères de la filière avicole nationale.

Mais n’oubliez pas, monsieur le Ministre, qu’en Afrique, « qui dit merci  en redemande ». Et nous n’allons pas cesser de demander encore et encore.

En souhaitant bon séjour parmi nous aux opérateurs étrangers qui ont bien voulu participer en tant qu’exposants à ce salon, je voudrais également émettre le vœu que le salon satisfasse effectivement toutes leurs attentes et qu’ils gardent  de leur séjour l’image d’un Cameroun, terre d’accueil et de paix mais est également celle d’un pays au potentiel avicole immense et aux opportunités d’affaires ouvertes et à saisir pour le développement de leurs affaires.

Le premier Salon Avicole International de Yaoundé se tient au moment où la filière avicole doit relever le défi de sa mutation vers une aviculture de seconde génération. Cela suppose :

  • Qu’elle engage les chercheurs à trouver des solutions innovantes pour renforcer ses performances et par là sa compétitivité ;
  • Qu’elle se fixe des normes de production et se donne les moyens de les faire respecter;
  • Qu’elle parachève son intégration verticale par le développement des métiers « aval », notamment pour la transformation, le conditionnement et la conservation. Ainsi, elle passera de la commercialisation du poulet vif à la commercialisation du poulet prêt à cuire et du poulet prêt à consommer.

Les enjeux de cette mutation quant à eux sont :

  • Assurer une meilleure couverture et une régulation du marché national ;
  • Satisfaire la demande locale ;
  • Exporter les excédents.
  • pourquoi pas, de susciter des vocations aux métiers avicoles ;

Mesdames et Messieurs,                         

Il ne me reste qu’à vous souhaiter bon salon en espérant que les uns et les autres y trouveront la satisfaction de leurs attentes.

JE VOUS REMERCIE POUR VOTRE ATTENTION.