Savi 2018: Du 03 au 05 Mai 2018 au Palais des Congrès de Yaoundé

16
nov.

Cameroun : Salon avicole international 2014: l’engagement citoyen du CAPHAVET.

Le rendez-vous des experts à Yaoundé du 23 au 25 octobre 2014 donne l’occasion à cet entreprise de démontrer si besoin en était encore, son leadership dans lafourniture des services de qualité dans cette filière.
Le CAPHAVET est une entreprise citoyenne de droit camerounais créée en 1993. Son objet dans le secteur avicole c’est l’importation et la distribution des médicaments et matériel vétérinaires. Elle met donc à la disposition des éleveurs des vaccins et produits biologiques, des antibiotiques et anti-infectieux, des antiparasitaires et anticoccidiens, des vitamines et hépato-protecteurs, des désinfectants et produits d’hygiène et du matériels à usage vétérinaires pour toutes les espèces animales. C’est dire que cette entreprise donc les prouesses ne sont plus à démontrer au vue de la concordance des témoignages des éleveurs, fait dans la santé animale. Elle assiste et accompagne les éleveurs et les vétérinaires à travers son laboratoire de biodiagnostic pour assurer la professionnalisation et le développement de l’élevage. Pour le faire, mise à part le laboratoire, l’entreprise met à leur disposition des produits de qualité supérieure issus des grandes firmes pharmaceutiques mondiales (comme la firme française Ceva), des chambres froides et un personnel hautement qualifié implanté dans 10 agences installées dans les plus grands bassins d’élevage. Pour son promoteur Dr, le souci primordial de CAPHAVET est d’ « être dans une dynamique permanente de la qualité des services pour satisfaire les attentes explicites et implicites des clients ». Il déplore toutefois « la présence des opérateurs non agrée qui organisent une concurrence déloyale sur le marché, en y introduisant des produits de mauvaise qualité et les procédures encore longues pour le dédouanement des marchandises ». En sa qualité d’expert, il invite les éleveurs à privilégier la consommation des produits de qualité pour maintenir leurs animaux en bonne santé et accroitre la taille de leur cheptel pour pouvoir répondre quantitativement et qualitativement à la demande du marché qui est de plus en plus forte. Car tout compte fait, « le moins cher est toujours cher ». Ses espoirs comme ceux de tous les autres opérateurs du secteur avicole concernent la mise en place par le gouvernement au terme de ce salon d’un cadre normatif susceptible de protéger leurs investissements.

Leave a Reply